nathalieandkyoko

We post stories about the the Great 3.11 Disaster that occurred in Northern Japan in 2011.

Archive for the ‘3.11’ Category

Fukushima: Two summers and a winter living with no electricity

leave a comment »

Tokyo – September 11, 2012 was the one year and six months anniversary of the big Tohoku earthquake and tsunami disaster, followed by the Fukushima nuclear accident.

The nuclear disaster has displaced 100’000 people. The nuclear disaster also made huge amounts unusable land in northern Japan for decades to come. Critics in Japan and overseas have largely questioned, whether Tepco has sufficiently considered the tsunami and earthquake risks.

Tomioka town, after the earthquake hit, in 2011 (photo: Naoto Matsumura)

For more than eight months, the 20 km zone around the Fukushima power plant was a forbidden zone where evacuation is an obligation for everyone, except one man. Since the nuclear accident, Naoto Matsumura refuses to leave his farm. At the age of 53, this farmer is physically in a good shape. In the city of Tomioka, in the Prefecture of Fukushima, where he currently lives, there is no water and no electricity. People who can identify themselves as being residents of the evacuated area and members of their families can get inside with a special pass. Reporters have requested these passes by pretending they were “married” or somehow “family related” to the residents who originally lived in the evacuated zone in order to get inside and report how it is. Therefore, Mr. Naoto Matsumura is not the only man going inside the the forbidden zone, however he is still living there in his original home with the animals which he took under his responsibility. The police patrols and the frontier guards do not seem to be very picky on checking the faces and the identities of the people going inside, like foreign reporters, because of the necessary masks and whole body white suits.

Currently, Naoto Matsumura is taking care of three dogs, Taro and Ishimatsu, and a third little orphan he found near the awful cow skeletons, now so sadly famous. Just three weeks ago, Mr. Matsumura was paying a visit to some remote areas of Tomioka town, and he said “the poor dog probably got a skin or fur infection. It was lying there in the middle of the dead cows, it looked sad and depressed. Its fur had gone off, and it looked skinny. When I approached it, it didn’t react aggressively, on the contrary, it looked happy to find a man, alive. So it followed me into my pick up truck and I took it home and fed it.” Mr. Matsumura called it “Kiseki”, the word for “Miracle.”

Tomioka town, after the earthquake hit, in 2011 (photo: Naoto Matsumura)

The dead cows spot where “Miracle” was probably found by Mr. Matsumura three weeks ago. Reportedly, the place was full of germs and worms. Miracle probably caught a diseases while staying there. (photo: Naoto Matsmura)

The poor little Kiseki aka Miracle, will probably never be adopted by anyone in Japan, like some other Fukushima dogs had been recently. It looks too ugly, nobody would want it in the living room or even in one’s garden. He can only live in the Fukushima no-go zone, counting on the gentle voice and love of Mr. Matsumura, and his two companions, Taro and Ishimatsu, which accepted it pretty well, because they suffer the same misery.

Other than the team of four, who often stay together, there are additional 30 or so cats, which are much more independent and learned to live pretty much in the wilderness, but which still count on the hands of Mr. Matsumura to be fed occasionally.

Tomioka town, Fukushima, 2011 (photo: Naoto Matsumura)

The Fukushima “lesbian” ostriches

Another photo of the famous ostrich of Fukushima, in 2011 (photo: Naoto Matsumura)

There are two ostriches, two females. One of them got a big egg recently, but it was technically not fertilized and so will never be the next eggs.

Seventy Five Cows and a Pony

Mr. Matsumura also has a little pony, called Yama, like the mountain. As for the famous cows, there are now 60 males and females and happily 15 healthy calves.

“Today, I had a visit from a reporter of Friday Magazine, so I had some human encounter, but those guys leave when it becomes dark, so it isn’t fun.” Mr. Matsumura never complained, but he admitted that the summer had been tough, the water from the well dried up. No air conditioning, no television, no water. “I still eat exclusively precooked food, cup noodles, instant curry and so on. I go to my attributed evacuation home only 2 or 3 times in a month.”

Naoto Matsumura said he dares not ask for help to anyone, since doing anything inside the no-go zone can affect one’s health, due to the high radiation rate. However, his NGO partners had left him aside lately, and he is dealing with the feeding all by himself. He said sometimes he receives donation pet food from Japanese nationals who support him and encourages him. He has stayed in good contact with “Gattsu Fukushima” and its leader Endo-san, but his own NGO “Ganbaru Fukushima” had had only one active member until recently, and it was himself. Time passes by slowly indeed. But the Fukushima nuclear accident has caused the forced evacuation of more than 100,000 people in Fukushima. Many will never step their foot back in their home land again. The left behind are the animals. “We cannot do anything about them, this is a no-go zone,” the authorities had said. But Mr. Matsumura continues to feed those animals left behind. And he will continue to operate inside the town until someday action will be finally taken by authorities and the Japanese people to rebuilt this region of Fukushima, with decontamination of the soil, and reconstruction of the houses.

Naoto Matsumura helping cows to give birth, around spring of 2012. (photo:  Munesuke Yamamoto, a photo journalist.)

Advertisements

Written by Nathalie Stucky

September 11, 2012 at 23:14

Matsumura, the Buddha of Fukushima by Vimeo

leave a comment »

Written by Nathalie Stucky

April 8, 2012 at 11:47

Renaissance et espoir économique sur les côtes Japonaises dévastées par le Grand Tsunami du 11 mars dernier

leave a comment »

Ofunato, le 31 août 2011, Nathalie-Kyoko Stucky

Au marché au poissons de Ofunato, Madame Shoko Tada, 52 ans, a un sourire aux lèvres ce matin. Depuis 6 heure du matin, elle est une des rares femmes affairée dans le hall du marché aux poissons de Ofunato, cette ville qui a été dévastée il y a six mois par le grand Tsunami qui a ravagé la côte nord du Japon: “Je suis heureuse d’avoir retrouvé un travail ici”. Ce matin, un bateau de pêche venu de Hokkaido leur a livré une cargaison de poisson “sanma”, des poissons-couteaux du Pacifique, fins et brillants comme des lames d’argents, très appréciés au Japon à cette saison.

Il y a six mois, le Japon tout entier a vécu un désastre humanitaire qui a été décris comme étant le plus grand traumatisme national depuis la deuxième Guerre mondiale. Des milliers de personnes ont perdus leur vie lors de cette catastrophe, et encore aujourd’hui, on ne connaît pas le nombre exacte de disparus. Combinés avec l’accident nucléaire de Fukushima, qui n’est lui non plus pas encore entièrement résolu, la nation toute entière vit dans une peur constante que le gouvernement ne lui annonce une autre mauvaise nouvelle. L’ancien Premier Ministre Naoto Kan a dû céder sa place il y a une semaine à l’ancien Ministre de la Finance, Yoshihiko Noda, parce que son cabinet n’avait pas su prendre en main la situation. Depuis le mois de mars dernier, bien que la situation se soit bien améliorée à Tokyo, cette mégalopole jadis connue pour ses néons et ses “conbini” ouverts 24 heures sur 24, permettant au consomateur de se satisfaire à n’importe quel moment de la journée, est devenue bien plus modeste, et la fureur lumineuse s’est bien éteinte. Les habitants du Japon font face à une grande crise économique et environementale qui les a poussé à apprendre à économier l’energie et à trouver un moyen de ne plus dépendre de l’énergie nucléaire. Partout dans les métros souterrains ou dans les lieux publiques, on pratique le “setsuden”: les trains circulent un peu moins fréquement à certaines heures, afin de permettre aux usines de fonctionner durant les heures cruciales de la journée.

Le grand tsunami qui a ravagé le port de Ofunato le 11 mars dernier a aussi eu un grand impact sur l’industrie du poisson dans cette région. La plupart des bateaux de pêches ont été emportés par le tsunami: “Nous ne vendons que la moitié de ce que nous gagnions avant le tsunami”, nous dit-elle avec un peu de timidité dans la voix. La peur de la présence de poissons radioactifs dans la régions avait également conduit les consomateurs Japonais et étrangers a boycotter les produits de mer pêchés dans cette région du nord.

Le marché aux poissons de Ofunato s’était retrouvé 15 mètres en dessous du niveau de l’eau le 11 mars 2011, mais avec l’aide d’une centaines de travailleurs bénévoles et le courage des survivants de la région, les pêcheurs ont pu remettre sur pied le port de Ofunato depuis le mois de mai.

Monsieur Kazuushi Nagazawa, 59 ans, un responsable du port de Ofunato dont les deux enfants travaillent à Tokyo nous dit qu’environ “dix pourcent des pêcheurs aujourd’hui sont venus de Rikuzen Takata au port de Ofunato”. Le port de Takata n’étant pas encore reconstruit, les travailleurs se partagent le travail qu’il y a au port de Ofunato: “Ces poissons-couteaux du Pacifique (sanma) sont pêchés dans les eaux proches de la Russie, à Hokkaido où ils sont vendus à leur plus bas prix. Mais vendus ici, plus au sud, leur prix augmente d’environ 20 à 30%, et sont distribués à Iwate, Miyagi puis dans le Kanto et à Tokyo”. En pointant du doigt un document officiel affiché sur l’un des murs débridés du port, Monsieur Nagazawa nous dit que les consomateurs de Tokyo ne sont plus aussi paranoiaques concernant le taux de césium que pourraient contenir les poissons: “Les authorités contrôlent la radioactivité présente sur nos poissons une fois toutes les deux semaines, en mer, et nous indiquent que le taux ne dépasse pas la limite légale de radioactivité”. “De plus ces poissons-couteaux sont pêchés bien loins des eaux proches de la zone du désastre nucléaire de Fukushima”.

En utilisant le port de Ofunato, les marchants de Hokkaido peuvent économiser la moitié de leur essence et coûts de transport en vendant leur poissons-couteaux du Pacifique dans cette région qui est plus proche en distance que d’autres ports situés plus au sud.

La renaissance du marché aux poissons de Ofunato permet aussi aux habitants et aux travailleurs de la mer de Rikuzen Takata et Ofunato, de retrouver du travail dans cette zone où le tsunami a ravagé toute la côte connue pour ses magnifiques pins rouges (matsu no ki). Monsieur Nagazawa nous dit qu’eviron 10% des 300 à 400 personnes qui travaillent au marché au poissons aujourd’hui viennent de Rikuzen Takata: “Nous autres, de Ofunato, nous les avons accueilli dans notre port afin de leur permettre de se reconstruire”.

Monsieur Azuma Higashi, un capitaine de bateau, 62 ans, nous parle du courage des hommes de mer en exhibant les muscles saillants de ses bras: “Nous les marins, nous sommes des hommes durs, nous n’allons jamais nous laisser abattre”. “Environ 80% des bateaux ont été détruits ici, j’ai vu le mien tournoyer dans un tourbillon d’eau quand le tsunami est arrivé, mais il est resté intacte. J’ai beaucoup de chance, d’habitude, je prie énormément les dieux de la mer, c’est pourquoi je pense qu’ils ont épargné mon bateau et ma vie”.

Monsieur Nagazawa nous dit que beaucoup de marins ont réussi à se sauver à temps du tsunami, parce qu’ils savaient instinctivement ce qui allait se produire dans les minutes qui allaient suivre le tremblement de terre et la violence avec laquelle la mer allait les engloutir. “Mais beaucoup de victimes qui travaillaient en ville étaient sûrs que le tsunami n’allait pas les atteindre où ils se trouvaient, aussi loin à l’intérieur des terres”. Pour reconstruire des nouveaux bâtiments dans les alentours du port de Ofunato, les authorités locales ont l’intention de rajouter de la terre sur le sol dévasté, puis reconstruire sur environ deux mètres de hauteurs en plus qu’auparavant. Les habitants de la région sont maintenant inquiets de la saison des typhons qui sont violents à cette saison de l’année.

Nathalie-Kyoko Stucky, au port de Ofunato, le 31 août 2011

Written by Nathalie Stucky

October 4, 2011 at 12:12

Posted in 3.11, Humanitarian